Pour une quatrième année consécutive, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a mandaté la firme Léger Marketing afin de mieux évaluer les intentions d’achat et de vente de la population québécoise. L’étude réalisée au mois d’octobre 2013 avait pour but de dresser un portrait clair de la situation du marché immobilier, de connaître les historiques d’achat et de vente des ménages, ainsi que de définir le profil des acheteurs et des vendeurs, récents ou futurs. Léger Marketing a effectué un sondage web basé sur un échantillon de plus de 4 500 répondants québécois âgés de 18 ans ou plus et responsables du paiement de l’hypothèque/bail de leur résidence. De plus, le territoire a été partagé en fonction de trois zones géographiques principales : la grande région de Montréal, la grande région de Québec et le reste de la province.

Les données recueillies  indiquent que les proportions de répondants ayant vendu (5%) ou acheté (10%) une propriété au cours des deux dernières années sont stables par rapport à l’enquête de 2012. Aussi, ces ratios de ventes et d’achats au cours de la dernière année sont demeurés modestes, mais constants, atteignant respectivement 2% et 4% depuis octobre 2012. Ces résultats sont uniformes pour les trois zones géographiques. Par ailleurs, le sondage révèle que le nombre moyen de résidences principales achetées jusqu’à maintenant était de 1,9 par répondant à l’échelle provinciale au moment de l’étude.

Taux hypothécaire fixe privilégié
Parmi les répondants qui ont acheté une propriété depuis octobre 2011, 33% ont versé une mise de fonds entre 5% et 10% de la valeur de la propriété. Notons que les jeunes acheteurs de copropriétés sont les plus nombreux, proportionnellement, à avoir versé un montant de 5% ou moins. De plus, le rapport révèle que 71% des propriétaires québécois optent pour un taux hypothécaire fixe lors d’un renouvellement ou d’un premier achat et que, de ce nombre, 63% choisissent un terme de 5 ans. La hausse anticipée des taux d’intérêt, qui sont maintenus à un creux historique depuis quelque temps, influence certainement le comportement des ménages quant à leurs choix hypothécaires. De même, près d’un propriétaire sur deux (48%) ayant acheté depuis octobre 2011 a choisi une période d’amortissement de 25 ans, soit la durée maximale permise suite au dernier resserrement de l’assurance prêt hypothécaire survenu en juillet 2012. L’étude indique également que 46% des emprunteurs ont bénéficié d’une marge de crédit hypothécaire, un résultat en hausse de 9 points de pourcentage par rapport à 2012.

Intentions de vente
En ce qui concerne les intentions de vente des Québécois, le rapport Léger rapporte que 26% (+2%) des propriétaires envisagent de vendre leur propriété au cours des cinq prochaines années. Parmi ceux-ci, 37% le feraient dans les 12 prochains mois, ce qui représente une hausse de 2% depuis l’étude précédente. La grande région de Montréal se démarque notamment en présentant des résultats plus élevés que la moyenne provinciale à ce chapitre en 2013.

Par ailleurs, 77% des ménages qui prévoient vendre leur propriété d’ici cinq ans désirent acquérir une autre résidence, tandis que 18 % envisagent de retourner à la location. Les principales raisons de vendre évoquées par les répondants sont : l’approche de la retraite ou l’âge avancé (30%), le désir d’avoir une meilleure qualité de vie (30%), de même que la volonté d’avoir moins d’entretien et/ou de rénovations (27%).

Pour lire la suite de ces faits saillants et consulter quelques tableaux, cliquez ici.

À propos de l'auteur
68 articles à son actif
101 queries in 0,806 seconds.
À propos de ce site
Outils