Au deuxième trimestre de 2014, 476 transactions résidentielles ont été conclues dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Sherbrooke selon la base de données Centris des courtiers immobiliers. Cela représente une diminution de 7% des ventes par rapport au deuxième trimestre de 2013 et une quatrième baisse trimestrielle consécutive.

Malgré le ralentissement de l’activité, le prix médian des maisons unifamiliales a progressé pour un troisième trimestre consécutif: celui-ci s’est fixé à 205 000 $, en hausse de 5% par rapport à la même période en 2013. Également, le prix médian des copropriétés vendues d’avril à juin 2014 a atteint 156 000 $, ce qui représente un gain de 7%. Ces augmentations de prix, tant pour l’unifamiliale que pour la copropriété, sont les plus fortes parmi les six RMR de la province et ce, pour un deuxième trimestre consécutif. Finalement, seuls les plex ont affiché une baisse de prix, la moitié s’étant transigés à un prix supérieur à 195 000 $ (-7%).

Sur le plan géographique, quatre des six secteurs de la RMR ont vu le prix médian de leurs unifamiliales augmenter: Magog (217 000 $), Rock Forest/St-Élie/Deauville (220 000 $), Jacques-Cartier (236 250 $) et Fleurimont/Brompton (181 000 $) ont affiché des hausses de 10%, 7%, 5% et 3% respectivement. Seuls les secteurs de Mont-Bellevue/Lennoxville (173 500 $) et de la périphérie (200 000 $) ont enregistré des prix médians inférieurs à ceux du deuxième trimestre de 2013 pour cette catégorie. Du çôté de la copropriété, la moitié des unités du secteur Jacques-Cartier se sont vendues à un prix supérieur à 170 202$, soit une hausse de 10% par rapport à la même période l’an dernier.

Pour lire la suite du Baromètre FCIQ du marché résidentiel pour la RMR de Sherbrooke (2e trimestre 2014), cliquez ici.

Source: FCIQ

À propos de l'auteur
68 articles à son actif
101 queries in 1,094 seconds.
À propos de ce site
Outils