2016 – APERÇU DU MARCHÉ IMMOBILIER RÉSIDENTIEL – GRAND MONTRÉAL ET QUÉBEC

En 2015, les marchés de l’habitation de Vancouver et de Toronto étaient toujours caractérisés par une demande importante et une offre faible; la concurrence des acheteurs pour l’offre limitée de maisons unifamiliales a ainsi fait grimper les prix. Le prix de vente moyen des habitations a augmenté de 17% dans la région du Grand Vancouver et de 10% dans celle du Grand Toronto, atteignant respectivement 947 350 $ et 622 150 $ dans chacune des régions. Puisque la demande ne semble pas vouloir diminuer, on s’attend à ce que les prix continuent d’augmenter dans ces marchés en 2016, de 7% pour la région du Grand Vancouver et de 5% pour celle du Grand Toronto.

«À la lumière des prévisions pour les principaux marchés canadiens de l’habitation, RE/MAX s’attend à voir le prix moyen des maisons augmenter de 2,5 % en 2016 au Canada. Même si nous prévoyons une baisse de certains prix, en particulier là où l’économie dépend des secteurs du pétrole et des ressources naturelles, la forte demande dans les agglomérations urbaines du Canada devrait se poursuivre tout au long de la prochaine année», a déclaré Gurinder Sandhu, vice-président directeur, RE/MAX INTEGRA, région Ontario-Canada atlantique.

Autour des villes canadiennes où les prix sont les plus élevés, l’incidence des prix accrus dans les régions de Vancouver et de Toronto s’est fait sentir, confirmant la tendance observée par RE/MAX le printemps dernier. Sur 12 mois, les prix ont considérablement augmenté à Victoria (13%), dans la vallée du Fraser (10%), à Hamilton-Burlington (12%) et Barrie (8%).

Dans le cadre d’un récent sondage Léger réalisé pour RE/MAX, 70% des propriétaires de maison affirmaient que les courtiers immobiliers apportent de la valeur lors de la vente ou de l’achat d’une maison. Au sein des marchés concurrentiels, les vendeurs souhaitent s’assurer de maximiser la valeur de leur habitation, tandis que les acheteurs veulent être conseillés durant le processus d’offre d’achat qui se déroule très rapidement. En général, les acheteurs qui obtiennent du succès font une offre sans condition et ont facilement accès à leur mise de fonds.

Ailleurs qu’en Colombie-Britannique et dans le Sud de l’Ontario, l’offre excédentaire élevée continue de constituer l’un de principaux facteurs d’influence sur les marchés dans de nombreuses villes comme Saskatoon, Regina, Montréal, Québec, Halifax et St. John’s. Cette situation est principalement attribuable à une période de construction accrue; même si les nouveaux chantiers sont moins nombreux dans la plupart de ces villes, il faudra un certain temps pour que le marché absorbe le produit.

En 2016, RE/MAX prévoit une augmentation du prix de vente moyen des habitations de 2,5% au Canada, puisque les Canadiens considèrent toujours l’achat d’une maison comme un jalon important ainsi qu’un bon investissement.

Pour accéder au communiqué complet, cliquez ici.

SOURCE: RE/MAX

À propos de l'auteur
68 articles à son actif
102 queries in 0,720 seconds.
À propos de ce site
Outils